Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 14 mai -- Une femme qui a maltraité et causé la mort de sa fille adoptive a été condamnée à la prison à vie ce vendredi.

La Cour du district Sud de Séoul a jugé que la femme, surnommée Jang, avait intentionnellement blessé sa fille, nommée Jung-in, rejetant son affirmation selon laquelle la mort du bébé était accidentelle.

L'enfant de 16 mois a été adoptée en février et est décédée en octobre de l'année dernière de graves blessures abdominales et d'hémorragies internes causées par une «forte force externe», selon une autopsie officielle.

Des signes d'abus prolongés, tels que des os fracturés et des ecchymoses à divers stades de guérison, ont également été trouvés sur son corps.

Des photos de Jung-in, une enfant de 16 mois qui a été maltraitée à mort par ses parents adoptifs, sont déposées dans un cimetière de Yangpyeong, dans la province du Gyeonggi, le 14 mai 2021.

«On dirait que la mère adoptive a marché sur l'abdomen de la victime», a déclaré le tribunal. «Elle aurait pu prédire qu'un autre coup porté à l'abdomen déjà endommagé de la victime pourrait entraîner sa mort.»

«L'accusée a commencé à maltraiter la victime de manière habituelle environ un mois après l'avoir adoptée et a causé sa mort avec une brutalité inimaginable», a déclaré le tribunal.

«Comme l'accusé a impitoyablement piétiné la dignité et l'honneur de la victime en tant qu'être humain, il n'est que raisonnable de séparer l'accusée de la société indéfiniment.»

Le mari de la femme, surnommé Ahn, a été condamné à cinq ans de prison pour maltraitance d'enfants ainsi qu'aide et encouragement à la violence de Jang envers leur fille adoptive.

Le tribunal a réprimandé le mari pour avoir présenté des excuses invraisemblables, ayant dit qu'il ne savait pas que Jung-in était agressé physiquement par sa femme, alors qu'il «était dans une position où il devait savoir» ce qui se passait dans leur maison.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page