Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 17 juin -- La Corée du Sud prévoit d'administrer des vaccins contre le Covid-19 à 22 millions de personnes du grand public âgées de 18 à 59 ans à partir du mois prochain dans le cadre de sa campagne de vaccination, a fait savoir ce jeudi l'Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies (KDCA).

Les autorités sanitaires ont annoncé la liste des vaccinés au troisième trimestre pour atteindre son objectif d'inoculer 36 millions des 51,3 millions d'habitants que compte le pays d'ici septembre.

La campagne de vaccination a commencé le 26 février ici, certains groupes vulnérables au virus et le personnel médical de première ligne étant prioritaires pour les vaccinations.

Un peu plus de 14 millions de personnes ont reçu leur première injection de vaccin contre le Covid-19, ce qui représente environ 27% de la population du pays.

Les quinquagénaires commenceront à recevoir leur première injection fin juillet, ceux âgés de 18 à 49 ans à la mi-août, a indiqué le KDCA.

Des personnes de plus de 75 ans se font vacciner contre le Covid-19 dans un gymnase de Gwangju, à 330 kilomètres au sud de Séoul, le 24 mai 2021.

Parmi les 18-49 ans, les lycéens devant passer l'examen national d'entrée à l'université et les enseignants de moins de 30 ans des écoles maternelles, élémentaires, collèges et lycées seront les premiers à se faire vacciner.

Les autorités sanitaires ont précisé qu'elles autoriseraient également la combinaison des vaccins AstraZeneca et Pfizer dans des schémas thérapeutiques à deux injections parmi certains groupes à partir du mois prochain pour renforcer l'efficacité.

Au total, quelque 760.000 personnes, dont des aides à domicile âgés de plus de 30 ans, des travailleurs médicaux des cliniques et des pharmacies de quartier, ainsi que d'autres membres du personnel, tels que des policiers et des pompiers, seront soumis à ce calendrier en deux temps.

Le groupe a reçu le vaccin AstraZeneca comme première dose en avril et il sera suivi d'un vaccin Pfizer comme deuxième dose après le 5 juillet, a annoncé la KDCA.

Les autorités ont toutefois déclaré qu'elles pouvaient recevoir un vaccin AstraZeneca pour le deuxième rappel si elles ne veulent pas de vaccin différent.

Cette décision est en partie due à la livraison tardive des vaccins AstraZeneca via le programme mondial Covax. Initialement, quelque 835.000 vaccins AstraZeneca devaient arriver dans le pays plus tard ce mois-ci, mais leur livraison a été repoussée à après juillet.

La KDCA a souligné que de nombreuses études étaient en cours dans le monde, et qu'il n'y avait pas de problème de sécurité. Certains résultats suggèrent même qu'un tel calendrier de combinaison peut créer des niveaux d'anticorps plus élevés que deux doses d'un seul vaccin.

Une étude publiée en Espagne a montré que la vaccination contre le Covid-19 des patients qui ont reçu le vaccin AstraZeneca et le vaccin Pfizer est sûre et efficace, et offre une meilleure protection contre le virus.

Les anticorps neutralisants chez les personnes qui ont reçu une deuxième dose du vaccin Pfizer ont été multipliés par sept par rapport à ceux qui n'ont reçu qu'une seule dose d'AstraZeneca, selon l'étude.

En août, les employés de secteurs clés, telles que la sidérurgie et la fabrication de puces, pourront être vaccinés sur leur lieu de travail dans le cadre des efforts visant à réduire les perturbations causées par des épidémies parmi les employés.

Jeudi, le pays a signalé 540 contaminations supplémentaires, soit un chiffre dans les 500 pour le deuxième jour consécutif, a indiqué la KDCA. Le bilan des contaminations est passé à 149.731.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page