Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 18 août -- La Corée du Sud a rejeté ce mercredi les protestations du Japon contre la visite d'un député de l'opposition sur Dokdo, les îlots les plus à l'est du pays, affirmant que Tokyo ne devrait jamais avoir de revendication territoriale sur ces affleurements de la mer de l'Est.

Le Japon a manifesté son mécontentement après que le député Hong Suk-joon du Parti du pouvoir du peuple (PPP), la principale formation d'opposition, s'est rendu à Dokdo dimanche pour le jour de la Libération, marquant la fin de la domination coloniale japonaise (1910-1945).

Un responsable du ministère sud-coréen des Affaires étrangères a indiqué que le gouvernement avait réfuté les affirmations du Japon.

«Dokdo est clairement notre territoire inhérent historiquement, géographiquement et par le droit international. Nous ne pouvons accepter aucune demande ou réclamation déraisonnable du Japon concernant notre souveraineté territoriale», a affirmé l'officiel.

«Conformément à notre position, nous avons rejeté la demande et les allégations déraisonnables que le Japon a formulées par la voie diplomatique», a-t-il ajouté.

Dokdo est depuis longtemps une source récurrente de tension entre les deux voisins, alors que Tokyo continue de revendiquer la souveraineté dans ses documents d'orientation politique, ses déclarations publiques et ses manuels scolaires.

La Corée du Sud contrôle effectivement Dokdo, avec un petit détachement de police, depuis sa libération du joug colonial nippon.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page