Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

Une amende de 70 mlns de wons requise pour le vice-président de Samsung Electronics pour utilisation présumée de propofol

12.10.2021 à 21h50 replay time00:37

Regarder la prochaine

SEOUL, 12 oct. -- Les procureurs ont requis ce mardi une amende de 70 millions de wons (58.300 dollars) pour le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, pour utilisation illégale présumée de propofol, un anesthésique général intraveineux.

En juin dernier, les procureurs ont inculpé l'héritier, le dirigeant de facto du groupe Samsung, pour avoir prétendument pris du propofol à des fins autres que médicales.

Lors de la première audience du procès tenue aujourd'hui à la Cour centrale du district de Séoul, les procureurs ont demandé à la justice de lui infliger une amende de 70 millions de wons et la confiscation de 17 millions de wons.

Lee est soupçonné d'avoir pris de manières excessive et illégale ce médicament anesthésiant dans une clinique de chirurgie plastique à Séoul en 2017 et 2018. Il a avancé avoir utilisé du propofol «de façon normale», conformément à la prescription d'un médecin.

Les procureurs ont indiqué que l'amende demandée était basée sur le fait que Lee n'a pas d'antécédent en la matière.

Lee, qui est apparu au procès, a reconnu sa faute et a présenté des excuses.

«Je présente des excuses pour avoir causé de tels désagréments et inquiétudes à cause de mon affaire personnelle», a déclaré Lee. «Tout cela s'est produit à cause de mes défauts et, même si cela a été à des fins médicales, je regrette profondément», a-t-il ajouté.

Le tribunal projette de prononcer son verdict sur cette affaire le 26 octobre.

Lee a purgé une peine de prison après avoir été condamné à deux ans et demi de prison par la Haute Cour de Séoul le 18 janvier dans le cadre de l'affaire de corruption impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye. Il a obtenu une libération conditionnelle en août.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page