Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 24 nov. -- Les efforts de la Corée du Sud pour déclarer une fin officielle de la guerre de Corée (1950-1953) et les prochains Jeux olympiques d'hiver à Pékin sont des questions séparées, a déclaré ce mercredi le ministre de l'Unification Lee In-young, sur fond de préoccupations selon lesquelles un boycott des JO de la part des Etats-Unis serait une douche froide à l'initiative de paix de Séoul.

Lee a fait ces remarques durant une conférence de presse à Séoul, après que le président américain Joe Biden a déclaré que Washington réfléchissait à un boycott diplomatique des JO en février 2022.

La Corée du Sud voyait les JO de Pékin comme une opportunité pour relancer les dialogues intercoréen et Corée du Nord-Etats-Unis qui restent dans l'impasse depuis le sommet infructueux de Hanoï en février 2019.

«Je ne pense pas que nous ayons besoin d'analyser ou d'aborder les JO de Pékin et la déclaration de fin de guerre comme des questions indissociables», a dit le ministre à des journalistes. «Nous souhaitons que les Jeux olympiques de Pékin soient des JO pacifiques, mais j'espère que vous ne pensez pas que ce qui arrive aux JO de Pékin affecte nécessairement la déclaration de fin de guerre.»

Un haut officiel du ministère a fait savoir plus tard qu'il serait mieux de signer la déclaration avant les JO et que les consultations avec les Etats-Unis soient dans les stades finaux.

«Lorsque les consultations de niveau de travail Corée du Sud-Etats-Unis seront terminées, nous proposerons l'idée au Nord», a dit l'officiel sous couvert d'anonymat, en refusant de donner plus de détails.

Le Nord ne répond toujours pas aux propositions de dialogue de Washington. Le ministre a indiqué que Séoul ferait de son mieux pour reprendre les réunions en personne de familles séparées à l'occasion du Nouvel An lunaire, au début de l'année prochaine.

Sur la fourniture possible de vaccins contre le nouveau coronavirus (Covid-19) à la Corée du Nord, le haut officiel a dit que la question n'était pas sur la table à l'heure actuelle, alors que la Corée du Sud se concentre sur l'administration des doses de rappel sur ses citoyens.

Pour sa part, le Nord envisagera le type et la quantité de vaccins avant d'accepter la proposition d'aide, selon l'officiel.

«Le Nord pourrait penser qu'accepter 2 ou 3 millions de doses de la communauté internationale est bien loin de ce dont il a besoin en échange d'une ouverture de la frontière», a déclaré l'officiel, en se référant à la fermeture des frontières du pays pour éviter la propagation du Covid-19.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page