Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 25 nov. -- La Cour suprême a décidé ce jeudi d'interdire les importations de poupées sexuelles enfantines, car elles pourraient conduire à la perception des enfants comme des objets sexuels et augmenter le risque de crimes sexuels potentiels contre des mineurs.

La décision annule celle de tribunaux inférieurs selon lesquels les importations de poupées sexuelles à l'effigie d'enfants doivent être autorisées, comme celles de poupées pour adultes. En 2019, la plus haute juridiction a autorisé l'importation de poupées sexuelles pour adultes au motif qu'il s'agit de jouets sexuels utilisés dans la vie privée, un domaine dans lequel l'Etat ne doit pas s'ingérer.

«L'utilisation de l'objet dans ce cas aux fins prévues peut non seulement créer des perceptions déformées et des attitudes anormales consistant à traiter les enfants comme un objet sexuel […] mais il existe également une crainte que cela n'augmente le risque de crimes sexuels potentiels contre des mineurs», a estimé la Cour suprême.

Le tribunal a renvoyé l'affaire devant la Haute Cour de Séoul pour réexamen.

L'affaire remonte à septembre 2019, lorsque le bureau régional des douanes d'Incheon, à l'ouest de Séoul, a suspendu l'importation d'une poupée sexuelle féminine de 150 centimètres et pesant 17,4 kilogrammes, la qualifiant de matériel obscène portant atteinte à la moralité publique.

L'année suivante, l'importateur a déposé une plainte visant à faire annuler la décision du bureau des douanes, citant la décision de la Cour suprême de 2019 selon laquelle les poupées grandeur nature sont un type de jouet sexuel et ne sont pas suffisamment descriptifs pour porter atteinte à la dignité humaine.

Confirmant une décision du tribunal de district, la Haute Cour de Séoul a statué en faveur de l'importateur et a ordonné au bureau des douanes d'Incheon d'autoriser l'entrée de la poupée sexuelle.

Mais la Cour suprême a annulé la décision, affirmant que les poupées sexuelles enfantines pouvaient avoir autant de conséquences néfastes que le matériel d'exploitation sexuelle des enfants.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page