Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

Lee du PD au pouvoir s'engage à ce que reprenne le tourisme au Mont Kumgang

17.01.2022 à 07h55 replay time02:46

Regarder la prochaine

SEOUL, 16 jan. -- Le candidat du Parti démocrate (PD) au pouvoir à la présidence, Lee Jae-myung, a déclaré ce dimanche qu'il fera en sorte de reprendre le tourisme au Mont Kumgang en Corée du Nord dès que possible s'il était élu en mars.

Lee a pris cet engagement lors d'une visite dans le comté frontalier de Goseong, à 466 km au nord-est de Séoul. Les visites touristiques au mont Kumgang ont été suspendues en 2008 après qu'un garde nord-coréen a tué par balle une touriste sud-coréenne.

«Je rouvrirai les portes du tourisme au Mont Kumgang dès que possible», a déclaré Lee, du PD, dans un observatoire avec vue sur la chaîne de montagnes incluant le Mont Kumgang.

Lee s'est également engagé à établir une zone spéciale de tourisme international à cheval sur la frontière et à promouvoir un programme d'écotourisme à l'intérieur de la Zone démilitarisée (DMZ), une frontière de facto, qui divise les deux Corées.

«En commençant par des échanges dans des domaines non politiques, tels que le tourisme et les sports, je rechercherai la coexistence intercoréenne par le biais de politiques pratiques concernant la Corée du Nord, qui bénéficieront à la fois au Sud et au Nord», a-t-il déclaré.

Le candidat a présenté une vision visant à faire de la province du Gangwon, où se trouve Goseong, un centre économique de la région nord en reconnectant les chemins de fer et les routes intercoréens.

Dans une note publiée sur Facebook, Lee a promis de prendre des mesures sévères contre le rejet en mer d'eau radioactive provenant de la centrale nucléaire de Fukushima.

Il a déclaré qu'il introduirait un système de contrôle de sécurité pour bloquer complètement les importations de poissons contaminés par de l'eau radioactive et renforcerait les inspections des entreprises de pêche locales.

«Le Japon va de l'avant avec son projet de rejeter l'eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima en dépit de l'inquiétude et de l'opposition générales», a écrit Lee.

«Le projet du Japon, qui omet le processus de divulgation et de vérification des informations, constituera un obstacle majeur à la construction de relations tournées vers l'avenir entre la Corée du Sud et le Japon, en plus des questions historiques et territoriales.»

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page