Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 03 mai -- L'Assemblée nationale a adopté un dernier projet de loi en vue de la réforme du Parquet sur fond de fortes protestations de la part de l'opposition, achevant ses efforts pour réduire et supprimer à terme les pouvoirs d'enquête du Parquet.

La révision du code de procédure pénale, l'autre moitié de la réforme du ministère public du Parti démocrate (PD) au pouvoir, a été adoptée avec 164 voix pour, 3 contre et 7 abstentions, juste trois minutes après l'ouverture de la session plénière de l'Assemblée nationale. La révision appelle à limiter la portée des investigations supplémentaires du Parquet.

Elle fait suite à l'adoption de la révision de la loi sur le Parquet qui réduit les pouvoirs d'enquête du ministère public à deux types, la corruption et les délits économiques, contre six actuellement, avant de les supprimer complètement.

Le PD, qui détient 171 des 300 sièges de l'Assemblée nationale, contre 110 pour le Parti du pouvoir du peuple (PPP), essaie d'adopter deux projets de loi et de les promulguer avant le 10 mai, jour de l'investiture du président élu Yoon Suk-yeol.

Les révisions devraient être promulguées lors de la réunion du cabinet de l'administration sortante plus tard dans la journée. La réunion du cabinet devait initialement avoir lieu à 10h, à l'heure de l'ouverture de la session plénière parlementaire, mais a été reportée à 14h.

Les partis politiques se sont affrontés pendant plusieurs semaines sur les projets de loi en question. Le PD a souligné qu'il avait besoin de s'assurer que le Parquet n'abuse pas de ses pouvoirs d'enquête à des fins politiques, tandis que le PPP s'est opposé à ces projets de loi.

Les deux côtés étaient parvenus à un compromis selon lequel les pouvoirs d'investigation du Parquet seraient réduits de six types de crimes à deux avant de les supprimer complètement, mais le PPP a fait marche arrière après que l'accord a suscité de vives critiques de la part de l'opinion conservatrice, qui a reproché aux députés de s'être entendus pour se protéger des enquêtes du ministère public, étant donné que l'accord prévoit d'exclure des enquêtes du Parquet les crimes liés aux élections et aux fonctionnaires.

Des députés du PPP projettent de manifester devant Cheong Wa Dae pour le troisième jour mardi afin de demander au président Moon Jae-in d'apposer son veto à la législation.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page