Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 20 mai -- Le président Yoon Suk-yeol et le président américain Joe Biden ont visité une usine de fabrication de puces de Samsung Electronics ce vendredi, démontrant leur engagement à étendre l'alliance entre les deux pays au-delà de la sphère de la sécurité aux chaînes d'approvisionnement mondiales et à d'autres domaines clés.

Les deux hommes se sont rencontrés dans l'usine de Pyeongtaek, à 70 km au sud de Séoul, peu après l'arrivée de Joe Biden, qui effectue sa première visite dans le pays en tant que président, et seulement 10 jours après la prise de fonction de Yoon.

Après avoir visité le vaste complexe pendant une vingtaine de minutes, sous la conduite du vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-yong, les deux hommes se sont exprimés sur l'approfondissement de la coopération entre les deux pays dans le domaine des semi-conducteurs et des chaînes d'approvisionnement, et sur le futur de la coopération bilatérale.

«J'espère que grâce à la visite d'aujourd'hui, les relations entre la Corée du Sud et les Etats-Unis renaîtront en une alliance de sécurité économique fondée sur la coopération en matière de technologies de pointe et de chaînes d'approvisionnement», a déclaré Yoon dans son discours.

«Je demande au président Biden de ne pas se contenter de fournir diverses incitations à nos entreprises de semi-conducteurs pour qu'elles investissent aux Etats-Unis, mais de s'intéresser aussi de près aux investissements des entreprises américaines de matériel, d'équipement et de conception de puces de pointe en Corée du Sud», a-t-il ajouté.

Yoon a également promis le soutien total de son administration à l'industrie nationale des semi-conducteurs, affirmant qu'il considère les puces comme un «atout pour la sécurité nationale» et qu'il fournira des «incitations audacieuses».

La visite de l'usine de puces était un geste symbolique démontrant la solidarité des deux pays face à la concurrence croissante de la Chine dans la sécurisation des chaînes d'approvisionnement, dans un contexte de pénurie post-pandémique de semi-conducteurs, entre autres matériaux.

L'usine Samsung est la plus grande installation de production de puces au monde, représentant 15% de la production mondiale de puces mémoire.

Selon les données fournies par le bureau présidentiel, la Corée du Sud détient la deuxième plus grande part du marché mondial des puces, avec 19,9%, après les Etats-Unis, avec 49,8%.

Pour ce qui est des puces mémoire uniquement, la Corée du Sud détient la plus grande part mondiale avec 59%.

Biden a déclaré que la pandémie a mis en évidence la fragilité des «chaînes d'approvisionnement "just in time"», avant que la «guerre brutale et non provoquée en Ukraine» du président russe Vladimir Poutine ne souligne l'importance de veiller à ce que «notre sécurité économique et nationale ne dépende pas de pays qui ne partagent pas nos valeurs».

«Un élément essentiel de la manière dont nous y parviendrons», a-t-il déclaré dans son discours, «est de travailler avec des partenaires proches, qui partagent nos valeurs, comme la république de Corée, pour obtenir davantage de ce dont nous avons besoin auprès de nos alliés et de nos partenaires, et pour renforcer la résilience de notre chaîne d'approvisionnement.»

«L'alliance entre la république de Corée et les Etats-Unis d'Amérique est un pilier de la paix, de la stabilité et de la prospérité pour la région et le monde que nous recherchons», a-t-il ajouté.

La république de Corée est le nom officiel de la Corée du Sud.

Les deux hommes se retrouveront samedi pour la tenue de leur premier sommet, qui aura d'abord lieu en petit comité, puis dans un format élargi, afin de discuter de l'ensemble des défis sécuritaires et économiques auxquels sont confrontés les alliés et la région.

La menace croissante des programmes nucléaires et de missiles de la Corée du Nord sera au premier rang de ces défis, et les deux parties devraient discuter des moyens de renforcer leur défense et leur dissuasion combinées.

Au cas où la Corée du Nord commettrait une provocation majeure, telle qu'un essai nucléaire ou de missile balistique intercontinental, pendant le séjour du président américain, les deux dirigeants prendraient immédiatement le commandement des forces combinées des deux pays, selon le bureau présidentiel.

Séoul et Washington ont déclaré qu'un tel essai d'armement est imminent et pourrait avoir lieu pendant le séjour de Biden en Corée du Sud ou au Japon, la deuxième étape de sa tournée.

Au cours de leur sommet, Yoon devrait également annoncer la participation de la Corée du Sud au cadre économique de l'Indo-Pacifique (IPEF), une initiative proposée par Biden pour assurer la sécurité et la résilience des chaînes d'approvisionnement, fixer les règles de l'économie numérique et investir dans des infrastructures propres, modernes et de haut niveau.

Le président sud-coréen organisera ensuite un banquet en l'honneur de Biden au Musée national de Corée, auquel ont été invités des chefs d'entreprise de premier plan, dont Lee de Samsung, Chey Tae-won, président du groupe SK Group, Chung Eui-sun, président du groupe Hyundai Motor et Koo Kwang-mo, président du groupe LG.

Biden et Yoon se rendront dimanche au Centre coréen des opérations aériennes et spatiales, un important centre d'opérations de l'armée de l'air situé sur la base aérienne d'Osan à Pyeongtaek.

Les deux dirigeants seront informés des opérations du centre et encourageront les membres des services sud-coréens et américains.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page