Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 23 juin -- Séoul va lancer une équipe d'enquête conjointe pour éradiquer les crimes de phishing, ou hameçonnage vocal, qui causent des dommages d'une valeur de plus de 700 milliards de wons (538 millions de dollars) par an, a déclaré ce jeudi le Parquet.

Le Bureau suprême des procureurs de la République (SPO) a annoncé qu'il formerait une équipe d'enquête conjointe avec les agences concernées, telles que l'Agence nationale de la police coréenne (KNPA), la Commission des services financiers (FSC), le Service de surveillance financière (FSS) et la Commission coréenne des communications (KCC), pour lancer une répression massive des escroqueries par hameçonnage vocal.

L'équipe sera installée au Parquet du district Est de Séoul, qui est une institution clé en charge des enquêtes sur la cybercriminalité, et fonctionnera pendant un an, a indiqué le SPO, ajoutant que la prolongation de ses opérations sera décidée ultérieurement.

Le phishing vocal fait référence à la fraude électronique, dans laquelle des individus sont amenés par téléphone à révéler des informations financières ou personnelles critiques à des escrocs. Les escroqueries par transfert d'argent, dans lesquelles les victimes sont trompées par des individus se faisant passer pour des enquêteurs afin de leur faire envoyer de l'argent à partir de leurs comptes bancaires, sont les crimes de ce type les plus courants.

L'hameçonnage vocal a été signalé pour la première fois en Corée du Sud en 2006. Le montant des dommages a depuis fait boule de neige, car les méthodes de ces crimes sont devenues de plus en plus sophistiquées. Le montant des dommages causés par le phishing a plus que triplé, passant de 247 milliards de wons en 2017 à 774,4 milliards de wons l'année dernière.

Le nombre de rafles de suspects est passé de 25.000 en 2017 à 48.000 en 2019, mais est depuis tombé à 39.000 en 2020 et 26.000 l'année dernière, car les forces de l'ordre ne peuvent pas suivre l'augmentation des crimes de phishing.

«Des organisations de phishing vocal de type entreprise impliquant des gangsters ont été découvertes, et les méthodes criminelles des escrocs sont devenues de plus en plus sophistiquées et intelligentes, comme en témoignent leurs falsifications de documents et la distribution de programmes malveillants», a expliqué le SPO.

«Maintenant, il faut des contre-mesures extraordinaires, car certaines victimes de phishing ont choisi de donner leur précieuse vie au-delà des dommages matériels», a-t-il mis en avant. Le SPO a annoncé qu'il renforcerait la coopération avec les autorités d'enquête en Chine, aux Philippines et dans d'autres pays, où des organisations de phishing vocal à l'étranger seraient basées.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page