Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 12 août -- Le gouvernement a annoncé ce vendredi la liste des 1.693 personnes qui bénéficieront de grâces spéciales à l'occasion du jour de la Libération le 15 août. Parmi elles, le vice-président de Samsung Electronics. Co., Lee Jae-yong, a été réhabilité ainsi que d'autres patrons d'entreprises et de syndicats. En revanche, les poids lourds politique, notamment l'ex-président Lee Myung-bak, n'ont pas été inclus.

Après une réunion extraordinaire du conseil des ministres ce matin, le gouvernement a rendu publique la liste des bénéficiaires de cette première clémence présidentielle depuis l'investiture du président Yoon Suk-yeol en mai. Le ministre de la Justice Han Dong-hoon a fait cette annonce en personne comme le veut la coutume. Avant cette annonce, le chef de l'Etat a indiqué ce matin que ces grâces spéciales se focaliseront sur la reprise de l'économie et la vie quotidienne du peuple.

En se basant sur cette ligne directrice, le ministère de la Justice a gracié et réhabilité quatre chefs de conglomérats qui ont été condamnés dont Lee Jae-yong de Samsung, Shin Dong-bin du groupe Lotte, Chang Sae-joo de Dongkuk Steel ainsi que Kang Duk-soo, l'ex-patron du groupe STX.

En particulier, le patron de facto du groupe Samsung, Lee Jae-yong, a été remis en liberté conditionnelle en août de l'année dernière après avoir écopé d'une peine de prison de deux ans et demi pour corruption et détournement de fonds impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye. Sa peine a pris fin le 29 juillet dernier mais Lee fait toujours l'objet de restrictions d'emploi qui l'empêche d'assurer une gestion normale des activités de l'entreprise.

Les huits représentants des syndicats et du patronat ont bénéficié de cette clémence alors que le gouvernement a expliqué qu'en «tenant compte de la nécessité absolue de surpasser la crise économique actuelle, nous avons fait une sélection rigoureuse parmi les acteurs importants de l'économie qui ont contribué aux investissements et à la création d'emplois et qui tractent le moteur de croissance du pays.»

De nombreux observateurs avaient initialement estimé que la liste pourrait comprendre l'ex-président Lee Myung-bak qui a été libéré en juin dernier suite à une suspension temporaire de sa peine de 17 ans de prison pour des raisons de santé. Lors d'une réunion tenue plus tôt cette semaine, le comité d'examen des amnisties du ministère de la Justice a cependant décidé de l'exclure, selon des sources.

Les observateurs ont attribué cette décision à une opinion publique plutôt défavorable à une éventuelle grâce présidentielle en faveur de Lee, susceptible de peser sur la gestion des affaires de l'Etat, si elle a réellement lieu, dans un contexte où la popularité de Yoon est tombée à près de 30%. L'ancien président a également dit à son entourage qu'il accepterait son exclusion, si la grâce empêche une gestion stable des affaires de l'Etat.

De même, d'autres hommes politiques, y compris l'ancien gouverneur de la province du Gyeongsang du Sud, Kim Koung-soo, l'un des proches des proches de l'ancien président Moon Jae-in, l'ex-ministre des Finances Choi Kyoung-hwan et les anciens directeurs du Service national du renseignement (NIS) Nam Jae-joon et Lee Byung-kee ne figuraient pas sur cette liste des grâces spéciales.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page