Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 28 sept. -- Le président du parti au pouvoir, le Parti démocrate (PD), Lee Jae-myung, a déclaré ce mercredi que son parti tiendrait le gouvernement Yoon Suk-yeol responsable de la «catastrophe diplomatique» de la récente tournée dans trois pays de Yoon.

Dans un discours à l'Assemblée nationale, Lee a dit que le voyage de Yoon a révélé le niveau de son gouvernement. «Le PD, en tant que parti majoritaire, découvrira clairement qui est responsable de la catastrophe diplomatique», a ajouté Lee, en s'engageant à répondre fermement à tous qui nuisent à l'intérêt et au statut de la nation.

Le PD a décrit les visites au Royaume-Uni, à New York et au Canada du président Yoon comme un fiasco diplomatique avec des gaffes et bévues, dont le fait qu'il n'a pas réussi à se rendre devant le cercueil de la reine Elizabeth II avant les funérailles d'Etat, l'absence d'un résultat réel au sommet avec le Japon et l'utilisation de mots vulgaires qui ont été capturés par un micro durant le séjour à New York.

«Il ne peut pas y avoir de répétition dans la diplomatie qui est une guerre sans coup de feu. L'excuse d'être un débutant ne peut pas être acceptée dans la guerre diplomatique rude», a dit le président du PD dans son premier discours parlementaire après avoir été élu à la tête du principal parti d'opposition le mois dernier. Lee a également critiqué Yoon pour n'avoir pas réussi à discuter des questions urgentes en suspens avec les Etats-Unis, dont l'impact de la Loi sur la réduction de l'inflation et l'accord de swap, durant sa visite à New York.

Le chef du PD a également proposé un comité spécial pour la révision de la Constitution. Lee a déclaré qu'il était nécessaire d'améliorer la continuité de la gestion gouvernementale en remplaçant un mandat présidentiel unique de cinq ans par un double mandat de quatre ans. Outre le système de mandat présidentiel, Lee a également proposé un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, le transfert de la Commission de contrôle et d'inspection (BAI) vers l'Assemblée nationale, l'adoption des droits de la vie, de l'environnement et des animaux et le renforcement de la démocratie directe dans le cadre de la révision de la Constitution.

«Je pense que les élections législatives de 2024 seront un moment opportun (pour modifier la Constitution). Je propose la création d'un comité spécial pour la révision constitutionnelle. Si le référendum se déroule avec les élections générales de 2024, nous pourrons à la fois minimiser les coûts et changer le "système de 1987"». La dernière révision constitutionnelle a eu lieu en 1987.

Sur la Corée du Nord, le chef du PD a indiqué qu'il était choquant et grave si le Nord a l'intention d'utiliser ses armes nucléaires non seulement pour la défense mais aussi pour une frappe préventive. «Comme alternative réaliste, nous proposons la levée conditionnelle des sanctions (contre le Nord) et des actions simultanées pas à pas. Nous ne soutenons pas une politique unilatérale uniquement pour la Corée du Nord», a déclaré Lee, en promettant de demander résolument la fin des mauvaises pratiques et attitudes du Nord.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page