Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 24 nov. -- Face au communiqué de Kim Yo-jong, sœur du leader nord-coréen Kim Jong-un, publié ce matin contenant des propos outrageants à l'égard du président Yoon Suk-yeol du Sud, le ministère de l'Unification de Séoul a exprimé ses forts regrets en les qualifiant de «déplorables». Kim Yo-jong a blasphémé Yoon et ses collaborateur en les désignant comme «idiots» dans un communiqué critiquant les «sanctions unilatérales additionnelles» des Etats-Unis et du Sud contre les tirs de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) du Nord.

Dans un point de presse ce matin, un officiel du ministère a indiqué que «la directrice adjointe (du Comité central du Parti du travail de la Corée du Nord) a fait une critique en utilisant des mots vulgaires contre notre chef d'Etat et elle n'a pas fait preuve de la moindre politesse. C'est gravement déplorable». Il a également noté que «la situation actuelle tendue sur la péninsule coréenne a été causée par le Nord qui a multiplié ses provocations en tirant des missiles balistiques. Mais, le Nord tente de faire passer leur responsabilité dans notre camp comme si un agresseur se déguise en victime et nous exprimons nos forts regrets là-dessus.»

Dans son communiqué, Kim Yo-jong a également voulu agiter les opinions publiques du Sud en disant que «je m'inquiète que le peuple sud-coréen reste assis à regarder passivement les actes du gouvernement de Yoon Suk-yeol et les autres idiots qui continuent à créer une situation dangereuse», en ajoutant qu'«au moins, Séoul n'a pas été notre cible quand Moon Jae-in était au pouvoir.»

Face à ces propos de Kim, le ministère de l'Unification a indiqué que «nous condamnons fortement cette tentative impure visant à secouer le régime (sud-coréen) et inciter le peuple sud-coréen à se soulever pour un mouvement antigouvernemental. Mais, on sait bien que notre peuple n'y répondra jamais. En revanche, sa perception vis-à-vis du Nord sera plus dégradée».

Le communiqué de Kim Yo-jong est le deuxième cette semaine alors qu'elle a dénoncé le mouvement des pays occidentaux et de la Corée du Sud au Conseil de sécurité des Nations unies pour discuter du lancement d'ICBM de type Hwasong-17, tiré le 18 novembre dernier. Elle a menacé «la contre-attaque la plus dure jusqu'au bout» si quelqu'un calomnie l'exercice de son droit à l'autodéfense. Le communiqué d'aujourd'hui de Kim renouvelle ses propos mais cette fois-ci en blasphémant le chef d'Etat au Sud.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page