Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 05 déc. -- L'Organisation internationale du travail (OIT) a demandé l'opinion du gouvernement sud-coréen sur l'ordre exécutif de retour au travail émis à l'intention des grévistes de la Solidarité des camionneurs de la Fédération coréenne des syndicats des travailleurs du service et du transport publics (KPTU), ont fait savoir dimanche la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) et le ministère de l'Emploi et du Travail.

Selon la KCTU et le ministère, l'OIT a envoyé au second un document officiel concernant une demande d'opinion sur l'émission de l'ordre pour un retour au travail des camionneurs. Cet envoi est intervenu après que la KCTU, la KPTU et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) ont demandé jeudi dernier à l'OIT une intervention urgente pour prévenir les violations des droits des travailleurs à l'approche de l'émission d'un ordre exécutif de retour au travail de la part du gouvernement.

La directrice adjointe du département des normes internationales de l'OIT, Karen Curtis, a déclaré que l'organisation était immédiatement intervenue et avait transmis la position de l'OIT au gouvernement sud-coréen dans une lettre envoyée au président de la KCTU, Yang Kyung-soo, et à la présidente de la KPTU, Hyeon Jeong-hee. «Désormais, nous vous transmettrons toutes les informations fournies par le gouvernement sud-coréen», a-t-elle ajouté.

L'OIT et la KCTU ont utilisé toutes les deux le mot «intervention», mais la partie gouvernementale a affirmé qu'il s'agit simplement d'une «demande d'opinion». «Ce n'est pas un processus de supervision officielle. Lorsque le gouvernement présente ses opinions sur les circonstances de l'ordre de retour au travail, l'OIT les transmet aux KPTU et KCTU et le processus prend fin», a expliqué un officiel du ministère du Travail, en soulignant que l'envoi d'un document officiel de l'OIT ne peut pas être considéré comme une expression de préoccupations sur l'ordre de retour au travail.

La Solidarité des camionneurs a entamé une grève le 24 novembre pour réclamer l'extension par le gouvernement d'un système de tarification du transport de marchandises garantissant un salaire de base pour les camionneurs sur fond de flambée des prix du carburant, et le gouvernement a émis le 29 novembre un ordre obligeant environ 2.500 camionneurs de l'industrie du ciment à reprendre le travail. C'était la première fois que la Corée du Sud émettait un tel ordre depuis que la loi pertinente a été promulguée en 2004.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page