Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 06 déc. -- La Corée du Sud projette de redéfinir le régime nord-coréen et son armée comme un «ennemi» dans son livre blanc biannuel sur la défense qui sera publié le mois prochain sous l'administration conservatrice du président Yoon Suk-yeol, ont déclaré ce mardi des sources gouvernementales.

La décision intervient dans le sillage des essais d'armes du Nord, dont un lancement de missile balistique intercontinental (ICBM) le mois dernier et des tirs d'obus d'artillerie cette semaine vers les zones tampons maritimes en mer de l'Est et en mer Jaune désignées par l'accord militaire du 19-Septembre, signé en 2018, pour réduire les tensions.

«Le terme définissant le régime nord-coréen et son armée comme un ennemi est inclus dans l'ébauche du livre blanc», a indiqué une source sous couvert d'anonymat. Avant son investiture le 10 mai, l'équipe de transition du pouvoir de Yoon avait annoncé 100 tâches politiques clés, dont un examen pour l'adoption de l'étiquette «ennemi» pour désigner l'armée nord-coréenne dans le livre blanc sur la défense et d'autres documents.

Conformément à la tâche, le ministère de la Défense a distribué des documents d'information qui décrivent l'armée du Nord comme un ennemi. L'armée nord-coréenne a été défini comme un «ennemi» dans le livre sur les politiques de défense en 1995 après qu'un officiel de Pyongyang a menacé de transformer Séoul en une «mer de feu».

Dans la version de 2004, le terme a été remplacé par «menace militaire directe» sur fond d'ambiance de réconciliation. Le mot «ennemi» est réapparu en 2010 après que le Nord a torpillé un navire de guerre sud-coréen en mars 2010, faisant 46 marins morts, et a lancé une attaque d'artillerie vers une île frontalière en novembre de la même année, entraînant la mort de quatre personnes, à savoir de deux soldats et deux civils. Il est resté jusqu'à l'édition de 2016.

Cependant, l'étiquette «ennemi» a disparu des livres blancs publiés sous l'administration progressiste de Moon Jae-in en 2018 et 2020 sur fond d'efforts de réconciliation intercoréenne.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page