Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

Officiel tué en mer Jaune : inculpation de l'ancien conseiller à la sécurité nationale

09.12.2022 à 19h59 replay time00:51

Regarder la prochaine

SEOUL, 09 déc. -- L'ancien conseiller à la sécurité nationale Suh Hoon a été inculpé ce vendredi pour irrégularités alléguées autour de l'assassinat en 2020 en mer Jaune d'un fonctionnaire sud-coréen par la Corée du Nord.

Le Parquet central du district de Séoul a enquêté sur la mort du responsable des pêches, qui a été tué par des soldats nord-coréens près de la Ligne de limite Nord (NLL), dans la mer Jaune, un jour après avoir disparu alors qu'il était de service à bord d'un navire d'inspection des pêches.

Le gouvernement Moon Jae-in de l'époque avait conclu que Lee avait été tué alors qu'il tentait de faire défection vers le Nord. Mais les garde-côtes et l'armée sont revenus sur cette conclusion en juin après l'entrée en fonction du président Yoon Suk-yeol, affirmant qu'ils n'ont trouvé aucune preuve concrète soutenant les allégations de défection.

Suh est également soupçonné d'avoir ordonné aux responsables de la sécurité de supprimer les rapports internes qui contredisaient la conclusion.

Il est le premier haut fonctionnaire de l'ancienne administration à avoir été inculpé par le Parquet.

Suh a été mis en état d'arrestation depuis samedi, lorsqu'un tribunal de Séoul a émis un mandat d'arrêt à son encontre, invoquant la gravité de l'affaire et la possibilité de destruction de preuves.

Le Parquet a également inculpé l'ancien commissaire général des garde-côtes Kim Hong-hee, accusé d'avoir manipulé des preuves pour parvenir à la conclusion que le responsable des pêches avait volontairement tenté de faire défection vers le Nord.

Moon a exprimé de profondes inquiétudes concernant l'enquête, affirmant qu'une «question de sécurité nationale» ne devrait pas être un «sujet de conflits politiques».

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page